Contexte

Si les Philippines affichent un taux de croissance économique de 7%, un philippin sur trois vit cependant encore sous le seuil de pauvreté. A Manille, 1 habitant sur 2 vit dans les bidonvilles, soit 9 000 000 de personnes. La pauvreté qui sévit dans la capitale touche particulièrement les enfants dont 1,5 millions vivent dans la rue.

La maltraitance est aussi un fléau qui affecte la grande majorité des familles philippines puisque les châtiments corporels sont largement acceptés dans la société et mentalité philippines. Selon l’UNICEF, trois enfants philippins sur cinq serait victimes de maltraitance et un enfant sur quatre serait victime de violences sexuelles, le plus souvent par un membre de la famille.
Les filles sont particulièrement vulnérables puisque 10% des jeunes femmes âgées de 15 à 19 ans sont en situation de grossesses précoces et 14% sont mariées avant l’âge de 18 ans, beaucoup se trouvant contraintes de fuir le milieu familial. L’échec scolaire, la nécessité d’arrêter les études précocement pour gagner sa vie, favorisent d’autre part l’éclatement des familles.

Alors que la plupart des structures dédiées à la prise en charge de ces jeunes filles se limitent à assurer leur hébergement et leur scolarité et ce jusqu’à leurs 18 ans, l’Ecole de Vie fondée par ACAY accueille des jeunes filles dans le but de les accompagner dans un processus de reconstruction personnelle et de réinsertion dans la société. La stratégie adoptée par l’Ecole de Vie inclut ainsi :
-Une dynamique de groupe doublée d’un mentorat individuel de chaque jeune ;
-Un accompagnement/médiation par les pairs ;
-La primauté d’une culture de responsabilité du jeune ;
-Un partenariat avec les familles, le système judiciaire et le monde professionnel.

Le Département des Affaires Sociales des Philippines reconnaissant les résultats obtenus par l’approche pédagogique holistique développée au fil des ans par l’Ecole de Vie a sollicité ACAY en vue de bénéficier de leur expertise et de la diffuser au sein des établissements gérés par les autorités Philippines.

Activités réalisées

- Prise en charge des jeunes filles en résidentiel (nourriture, logement, vêtements …).

- Prise en charge médicale : examens annuels et interventions lorsque nécessaire.

- Activités ludiques, culturelles, loisirs, anniversaires et célébrations festives.

- Travail de reprise ou de reconstruction du lien avec les familles.

- Entretiens cliniques avec un psychologue référent.

- Evaluation psychologique des jeunes filles à leur arrivée à l’EdV.

- Intégration des jeunes filles dans le système de fonctionnement de l’EdV.

- Formation intensive des jeunes filles supervisant les équipes de chaque comité.

- Suivi mensuel et évaluation hebdomadaire des performances des jeunes filles, de leurs capacités de leadership et d’accomplissement des tâches.

- Inscription des jeunes filles dans les établissements scolaires adaptés.

- Soutien scolaire et formation à l’orientation professionnelle.

- Partenariat avec les professeurs et directeurs pour le suivi des jeunes filles.

- Etablissement d’un RoadMap (Feuille de route) pour chaque jeune fille.

- Attribution pour chaque jeune fille d’un « life coach » afin de renforcer le travail d’accompagnement individualisé ;

- Mise en place d’activités génératrices de revenus afin que les jeunes filles disposent d’une épargne en quittant l’EdV ;

- Des visites en entreprises sont organisées afin qu’elles découvrent l’ambiance du monde professionnel.

- Immersion des jeunes filles durant un mois à l’extérieur de l’EdV de manière à s’assurer que la jeune fille est prête à quitter le foyer et assumer les responsabilités de la vie d’adulte.

- Assistance légale pour les jeunes filles qui ont une affaire juridique en cours.

- Réparation du système électrique et système de drainage.

- Intervention d’une agence professionnelle pour exterminer les termites.

- Remplacement des superficies en bois (plafonds, planchers) par du ciment ou des carrelages.

Résultats obtenus

- 15-17 jeunes filles bénéficient d'une prise en charge au sein de 'lEcole de Vie : les jeunes filles sont en sécurité, sont logées, nourries et prises en charge dans leurs besoins quotidiens.

- Elles sont en mesure de se réconcilier avec les évènements traumatiques de leur passé à travers un accompagnement holistique qui s'oriente sur les dimensions sociales et psychologiques de leur expérience.

- Elles sont formées à la prise d'initiatives et de responsabilités

- Elles sont scolarisées, elles finissent leur année scolaire et passent en classe supérieure.

- Elles reçoivent un accompagnement qui favorise leur réintégration sociale et professionnelle et leur autonomisation progressive.

- Les jeunes filles de l'Ecole de Vie ayant une dimension juridique ont reçu toutes les interventions nécessaires pour être prêtes, avec autant de sérénité que possible, à faire face à l'épreuve des audiences et des interrogations des magistrats dans les procédures judiciaires.

- Les problèmes touchant à la sécurité de la maison de vie sont immédiatement réglés et réparés.

Protection

Ecole de Vie - Accompagnement à la reconstruction et à la réinsertion de jeunes filles victimes d'abus, d'exploitation et de violence

  • Philippines

    Manille

  • Etat du projet

    En cours

  • Durée

    2015-2021

  • Financement

    417 000 €

  • Bénéficiaires

    15 à 17 jeunes filles hébergées dans le centre résidentiel Ecole de Vie
    5 jeunes filles en période de réinsertion.

  • Partenaires

    ACAY Mission Philippines
    Gouvernement philippin (Département des affaires sociales)

  • Objectifs

    Offrir à des jeunes filles âgées de 15 à 21 ans, victimes d’abus, d’exploitation ou de violences, une prise en charge intégrée et adaptée en vue de favoriser leur réintégration au sein de la société.

     

Témoignages