Contexte

Au Mali la majorité des décès d’enfants de moins de 5 ans sont liés à des maladies infectieuses bénignes, pourtant parfaitement possibles d’éviter et de soigner avec les moyens médicaux disponibles localement : la pneumonie, le paludisme et les maladies diarrhéique représentent ainsi plus de 60% des cas de mortalité des jeunes enfants. De plus, 38 % des enfants souffrent de malnutrition chronique, ce qui renforce leur vulnérabilité face à ces maladies. La mortalité infanto-juvénile reste très importante en zone urbaine en raison d’un faible recours aux soins, et ce malgré la présence de nombreuses structures de soins et de personnel qualifié. Cette situation est principalement due au manque d’accessibilité financière, au manque de connaissance des familles et à leur méfiance vis-à-vis des structures de soins primaires. Le partenariat avec l’association Djantoli, établi autour de deux axes, s’appuie sur le « service Djantoli » visant à faciliter et accélérer le recours des familles aux soins en cas de maladie combinant plusieurs volets :

-Un suivi préventif des jeunes enfants à leur domicile, fondé sur des visites à domicile régulières par des agents de suivi qui  collectent des données simples sur l’enfant (poids, périmètre brachial, selles, symptômes) et les transmettent via une application mobile au personnel du centre de santé local afin de dépister et référer rapidement les cas à risque ;

-Une micro-assurance santé pour faciliter l’accès financier aux soins lorsque les enfants tombent malades ;

-Un programme de causeries éducatives à destination des mères visant à améliorer leurs connaissances sur les maladies de l’enfant.

Ce service a déjà bénéficié à plus de 5.000 enfants depuis 2010 (parmi lesquels 8 décès ont été enregistrés) et comptait au 31 décembre 2015 1.734 abonnés actifs. Les familles les plus démunies des zones d’intervention, faute de moyens et bien que le service Djantoli soit conçu pour être très abordable, se voient dans l’obligation de renoncer la plupart du temps totalement aux soins, alors même que leurs conditions de vie précaires les rendent d’autant plus vulnérables face à la maladie. La plupart d’entre elles ignorent par ailleurs l’existence du dispositif d’assistance médicale malien qui pourrait leur donner droit à la gratuité des soins, et se retrouvent ainsi privées de leurs droits. Il s’agit donc de développer des solutions pour accompagner ces familles et leur proposer un accompagnement sanitaire de proximité sur un mode subventionné.

Si le programme d’éducation à la santé a fait ses preuves pour améliorer les connaissances sanitaires des mères, il se traduit encore insuffisamment par un changement réel de comportement. Or, l’amélioration durable de la santé des populations passera nécessairement par l’adoption massive de pratiques préventives au sein des foyers. Disposant d’un lien de confiance unique avec les mères et d’une présence régulière dans les familles, les agents de suivi constituent un formidable levier pour mieux toucher les mères, les sensibiliser de manière personnalisée et les aider concrètement à s’organiser pour mettre en oeuvre ces pratiques.

Il s’agit aujourd’hui de renforcer ce volet en systématisant les temps d’éducation par les agents Djantoli durant la visite à domicile et en assurant un suivi continu des progrès.

Activités réalisées

- Définition d’un protocole d’éducation sanitaire, encadrant l’intervention des agents de santé lors des visites à domicile ;

- Conception d’outils et de supports pédagogiques et formation des agents de santé sur les pratiques préventives, sur le système de soin et sur les techniques d’accompagnement psycho-social ;

- Sensibilisation des mères lors des visites à domicile et animation de causeries éducatives ;

- Montage de partenariat avec l’ANAM (Agence Nationale d’Assistance Médicale) et le service du développement social de la commune 3 de Bamako en vue d’identifier les enfants indigents éligibles à la gratuité des soins ;

- Mesure de l’effectivité de la gratuité des soins ;

- Mise en place d’un suivi préventif de proximité et de médiation sanitaire pour les enfants des familles bénéficiaires.

Résultats obtenus

- Les 16 agents de suivi sont en capacité de fournir un accompagnement individualisé sur les sujets de santé de la mère et de l’enfant ;

- Les 2 000 mères d’enfants abonnées à Djantoli ont amélioré significativement leurs pratiques et leurs comportements préventifs et sanitaires ;

- Les 300 familles démunies identifiées bénéficient d’une gratuité des soins dans le cadre du RAMED (Régime d’Assistance Médicale) ;

- Les 300 familles démunies identifiées ont amélioré leur capacité à détecter les maladies et à agir quand elles surviennent.

Santé

Prévention de la mortalité infantile par l'éducation à la santé dans la commune 3 de Bamako

  • Mali

    Bamako

  • Etat du projet

    Achevé

  • Durée

    2016-2017

  • Financement

    50 000 €

  • Bénéficiaires

    500 enfants de familles démunies bénéficiant d’un suivi préventif de proximité et à l’accès gratuit aux soins
    300 familles bénéficiant de la gratuité des soins
    2000 mères sensibilisées

  • Partenaires

    Djantoli
    Agence Nationale d'Assitance Médicale (ANAM)
    Gouvernement Princier

  • Objectifs

    Améliorer la capacité de prévention, de dépistage et de prise en charge des maladies infantiles courantes, en particulier au sein des familles les plus démunies de la Commune 3 de Bamako

Témoignages